Point sur les marchés de l'énergie

Publié le 29/07/2021s

GAZ

Cette semaine encore, une tendance haussière se maintient sur le marché européen et mondial du gaz naturel. Depuis la fin de semaine dernière, les prix spots européens, mais également à terme, ont progressé à la hausse. Vendredi dernier, le 23 juillet, le prix de règlement du contrat PEG Cal 2022 est fixé à 25,20 €/MWh. Le mardi 27 juillet, ce même contrat affiche un prix de règlement de 26,23€/MWh (+3,9 %).

En ce début de semaine, les prix spot européens augmentent principalement du fait d’une réduction des volumes de gaz injectés de Norvège. En effet, les flux atteignent une moyenne de 275 mm cm/jour le mardi 27 juillet, contre 309 mm cm/jour vendredi dernier. A contrario, les volumes transitant par Nord Stream 1 passent de 271 mm cm/jour le vendredi 23 juillet à 331 mm cm/jour le mardi 27. Ce n’est cependant pas suffisant pour initier une baisse des prix du gaz. A l’heure où nous écrivons, le day-ahead TTF se négocie autour de 37,72 €/MWh, soit une hausse de 6,57 % sur une semaine.

Cette tendance haussière des prix du gaz est en ligne avec celle des facteurs fondamentaux que sont les prix du pétrole brut, les prix JKM asiatiques élevés et les prix de parité avec le charbon pour la production d’électricité. Par ailleurs, le niveau de stocks toujours faible est un facteur de soutien de la tendance alors même que le redémarrage de Nord Stream 1 peut exercer une pression baissière sur les prix européens.  Il faut toutefois s’attendre à ce que le prix du gaz se maintienne à un niveau élevé d’ici la fin de semaine.

gaz_28072021.png

Prix de règlement CAL GAZ PEG,, source EEX, euros/MWh

CHARBON

Concernant le charbon, cette semaine est encore synonyme de tensions sur les prix mondiaux. Les prix en Europe dépendent fortement de la situation asiatique, essentiellement la demande chinoise. La semaine passée, des coupures temporaires d’électricité ont eu lieu dans certaines des régions les plus peuplées en Chine, alors même qu’une vague de chaleur importante frappe le pays. Cette chaleur entraîne inévitablement une hausse de la demande d’électricité pour les climatiseurs.

Côté offre, la situation n’est pas meilleure. Les inspections de sécurité initiées suite à de nouveaux accidents dans des mines de charbon ont exercé une pression supplémentaire. Pour couronner le tout, des inondations ont quelque peu perturbé les approvisionnements dans la zone. Les prix domestiques et les prix à l’importation ont donc continué d’augmenter en Chine. Les prix API2 Cal 2022 ont clôturé à 93.62 $/t vendredi, en hausse de 1.21 $ sur la semaine.

Globalement, une forte demande d’électricité en Asie devrait continuer à faire grimper les prix mondiaux. Le charbon devient plus compétitif que le gaz, ce qui devrait maintenir la tendance tant que le gaz reste au niveau actuel.

 

MARCHE CARBONE

Cette semaine est synonyme de volatilité sur le marché des émissions carbone. En fin de semaine, les EUA ont chuté vers les 50€/tCO2 du fait d’une corrélation plus faible avec le prix du gaz, des prises de bénéfices avant les vacances d’été et des inquiétudes croissantes autour d’une nouvelle vague pandémique liée à la propagation du variant Delta.

Le vendredi 23 juillet, le contrat Dec.21 chute à 49,99€/tCO2, son niveau le plus bas depuis 7 semaines. En cause des rumeurs sur la distribution de quotas gratuits pour 2021 pour certains pays de l’Union européenne. Finalement, en ce début de semaine, le contrat benchmark a réussi à se redresser légèrement pour s'établir à 50,89€/t, soit -2,00€/t (-3,8%) par rapport à la semaine précédente.

La tendance baissière devrait se prolonger ces prochains jours, portée par l’augmentation du taux d’infection au virus, de la récente sortie de maintenance de Nord Stream 1, des perspectives météorologiques négatives, ou encore de l’annonce d’allocations gratuites. Tous ces facteurs jouent en la faveur du prix du CO2, qui devrait se maintenir autour des 50 €/tCO2 ces prochains jours.

ELECTRICITE

 

Du côté du marché électrique, les prix spots ont oscillé autour de 90 €/MWh sur la partie nord-ouest de l’Europe en fin de semaine dernière. Bien que les conditions météorologiques aient été peu favorables à la production éolienne, la meilleure disponibilité du nucléaire français et la forte production solaire a stabilisé les prix spot jusqu’au vendredi 23 juillet. La demande quant à elle restait en légère hausse.

Cette semaine, l’anticipation d’une forte production éolienne devrait peser fortement sur les prix spot de l'électricité dans les jours à venir, avec une pression supplémentaire d'une demande d'électricité globalement plus faible et d'une amélioration de la production nucléaire française. En moyenne, le mercredi 28 juillet, les prix day-ahead atteignent 72.27 €/MWh en Allemagne, en France, en Belgique, et aux Pays-Bas.

A horizon plus lointain, les prix des contrats à terme pourraient suivre le potentiel haussier du marché du gaz. D’autre part, les EUA s’étant stabilisés autour des 50 €/tCO2, les acheteurs à la baisse pourraient faire rebondir le prix du carbone, ce qui devrait influer sur la courbe de l’électricité. En une semaine, les prix des contrats Cal 2022, Cal 2023 et Cal 2024 ont progressé respectivement de +4,00 %, +3,06 %, et -0,34 %. Globalement, le gaz devrait rester le principal moteur du prix de l’électricité.

elec.png
elec_28072021.png

Prix de règlement CAL ELECTRICITE, source EEX, euros/MWh

variation_28072021.PNG

EN RÉSUMÉ

  • Pour le gaz, la tendance est à la hausse cette semaine, tant sur le spot que pour les contrats à terme. La forte demande asiatique continue de faire peser une pression sur les prix mondiaux. Les volumes provenant de Norvège sont plus faibles, alors même que les flux progressent à la hausse via Nord Stream 1. Les stocks sont toujours à des niveaux inférieurs à la normale saisonnière.

 

  • Concernant le charbon, la tendance haussière de ces dernières semaines se poursuit inexorablement. La demande d’électricité chinoise croissante et les aléas climatiques poussent les prix à la hausse. D’autre part, le charbon redevient compétitif comparé au gaz pour la production d’électricité, ce qui devrait encore peser des pressions supplémentaires sur la demande mondiale.

 

  • Du côté du marché des émissions carbone, la semaine a été très volatile. Le contrat Dec.21 atteint un plus bas en fin de semaine dernière avant de se stabiliser autour des 50 €/MWh. Une tendance baissière semble se profiler, notamment à cause des inquiétudes sur l’évolution de la pandémie du covid-19 et la hausse du taux de propagation du virus

  • Enfin, sur les marchés spot européens, le prix de l’électricité reste à un niveau élevé, 90 €/MWh en moyenne sur la partie nord-ouest du Vieux Continent, jusqu’en fin de semaine dernière. Cette semaine, les prévisions d’une forte production éolienne accompagnée d’une meilleure disponibilité du nucléaire français devraient faire baisser légèrement les prix. En revanche, le prix des contrats à terme continuent de progresser à la hausse en suivant de près la tendance de marché du gaz.

Avertissement :Les opinions et informations présentées dans cette page Point sur les marchés de l'énergie ne sont pas des conseils financiers ou juridiques. Les utiliser afin de guider des décisions d'achat ou d'investissement se fait à votre propre risque. Augmented Energy n'est pas responsable de l'utilisation qui peut en être faite et des domm ages qui peut en résulter.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour suivre l'actualité hebdomadaire des marchés de l'énergie et d'Augmented Energy.

Suivez l'actualité des marchés